Football Féminin Yzeure Allier Auvergne : site officiel du club de foot de YZEURE - footeo

FF Yzeure : Léa Cassagne et Morgane Martins jonglent avec les études et le foot

17 avril 2016 - 07:32

Au lycée Jean-Monnet la journée, Léa Cassagne et Morgane Martins, joueuses au Football féminin Yzeure (FFY), jonglent entre les études, les entraînements et les matches chaque week-end.

 Sac à main, sac à dos, Léa Cassagne, en BTS compta\gestion et Morgane Martins, en terminale S, sortent respectivement d'un cours de comptabilité et d'un cours d'histoire au lycée Jean-Monnet d'Yzeure. Elles ne vont pas tout de suite se coller aux devoirs. Elles enchaînent avec l'entraînement au stade de Bellevue.

Une heure et demie avec leurs coéquipières du Football féminin d'Yzeure (FFY) qui carbure cette saison. A quatre matches de la fin du championnat, les Yzeuriennes sont en tête de la D2 (voir ci-dessous). Léa et Morgane, 18 ans toutes les deux, font partie des benjamines de l'équipe mais aussi des titulaires. Elles sont loin d'être des novices du football.

Toutes les deux ont commencé à l'âge de 8-9 ans. Leurs coéquipières ont d'abord été des coéquipiers : « Je jouais avec les gars de l'Etoile de Moulins-Yzeure, indique Léa. L'entraîneur du FFY est venu me chercher pour rejoindre le club d'Yzeure. J'ai démarré en U15 ».

Morgane, montluçonnaise, est d'abord passée par la gymnastique, le cirque et la natation avant de se mettre au foot : « Ma mère ne voulait pas. C'était un sport de garçons. Mais comme je n'ai jamais lâché, à 8 ans, elle m'a inscrite au club de Montluçon ».

Les deux filles ont intégré la section sport études de football au lycée Jean-Monnet en seconde.

Léa et Morgane, admiratrices de Cristiano Ronaldo - et peut-être pas uniquement pour ses trois Ballon d'or -, des joueuses de l'équipe de France Laure Boulleau (ex-joueuse du FYY) et Louisa Necib, jonglent ainsi entre études et foot.

Entraînement quatre fois par semaine, match le week-end. Leur emploi du temps ne laisse guère de place aux sorties du samedi soir : « Avec les matches le dimanche à domicile ou à l'extérieur, ce n'est pas possible. Même le vendredi soir, après l'entraînement, on est fatiguées. C'est un petit sacrifice ».

« Ma mère ne voulait pas. C'était un sport de garçons »

L'étudiante et la lycéenne ont rapidement trouvé leur place dans le groupe, dans ce « club familial », décrivent-elles. Le FFY pourrait monter en D1. Si elles rêvent de devenir professionnelle, Léa, milieu offensif, et Morgane, latérale gauche, ont les pieds sur terre : « Dans le foot féminin, pas beaucoup de joueuses gagnent leur vie ».

Article DU 10/04/16 du journal  LA MONTAGNE de Leïla Aberkane

Commentaires